ANLC – Déclaration

ANLC - Déclaration

anlc-dz-communiqué-de-presseSuites aux déclarations de Mr Tayeb Louh Ministre de la justice et garde des seaux, rapportées par le quotidien « Echourrouk » dans son édition n° 4528 du vendredi 17-10-2014 page 04 , affirmant que la loi protège les dénonciateurs des actes de corruption et qu’il encourage les citoyens à dénoncer les actes de corruption, et promettant d’ouvrir tous les dossiers de corruption et sa volonté de poursuivre toutes les personnes incriminées et en assurant son engagement pour l’élaboration de textes d’application relatifs à la protection des témoins et des dénonciateurs.

L’association nationale de lutte contre la corruption « ANLC », voit dans la personne de ce ministre l’incarnation de la corruption et de sa définition même.

Il est à signaler que ce ministre a enterré toutes les affaires de corruption lors de son passage au ministère du travail, et actuellement au niveau du ministère de la justice notamment l’affaire « Chekib Khelil » et l’affaire « Khalifa ».
En tant que ministre du travail, Il a terrorisé les dénonciateurs, il a observé le silence suite aux plaintes et dénonciations des cadres du secteur.

Ceci s’est manifesté par le scandale du fonds national de péréquation des œuvres sociales(FNPOS), les cadres de ce fonds appartenant au ministère du travail ont saisi collectivement et individuellement ce ministre pour dénoncer les faits de corruption qui ont gangréné cet organisme public.

En 2007, les cadres de cet organisme ont transmis un rapport détaillé incriminant le Directeur Général actuel du FNPOS au chef de cabinet et à l’inspecteur général du ministère de tutelle.

En plus du silence complice du ministre, celui-ci a ordonné par écrit pour sanctionner les cadres dénonciateurs.
L’ensemble des cadres ont été harcelés, persécutés puis licenciés.

L’administration du FNPOS a entamé les procédures judiciaires pour les expulser de leurs logements.
Des poursuites judicaires non fondées bien sur ont été engagées contre les cadres pour les chefs d’inculpation suivants : insulte ((السب ; diffamation (القذف) ; dénonciation calomnieuse et autres accusations fictives.

En 2012 le personnel du fonds a observé une grève générale dénonçant la gestion de ce même Directeur Général ; malheureusement elle n’a reçu aucun écho de la part de ce ministre ; pire cette grève a été suivie par des représailles à l’encontre du personnel.

Le 17 Mai 2012 , la cellule de la lutte contre la corruption de la ligue Algérienne des droits de l’homme a déposé une lettre de dénonciation accompagné du rapport de l’Inspection Générale des Finances comme copie jointe au niveau du Procureur de la République du tribunal de Hussein Dey sous le numéro 20282/12, et au niveau du bureau du Procureur Général d’Alger sous le numéro 11518 , bien entendu aucune suite n’a été donnée à cette dénonciation et aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre de ce responsable à ce jour.

Tous les excès, les violations des lois et règlements et les scandales ont été divulgué par les cadres, confirmé par l’inspection générale des finances et la cour des comptes et dont les contenus ont été divulgués et révélés la presse dans une centaine d’article pendant une période d’environs deux ans .

Sans oublier les scandales qui ont touchés les différentes caisses sociales du Ministére du travail et de la Sécurité Sociale sous le règne de Tayeb Louh, dont les prises en charge à l’étranger pour les personnes influentes et leurs proches et leurs familles, le scandale de la CNAC (Direction Régionale de Sidi Bel-Abbes), l’ANEM et L’ANSEJ.

Il est clair que ce ministre confirme la schizophrénie qui a atteint les hommes du pouvoir, ils sont passés du langage creux, à la double personnalité et aux problèmes liés à la psychiatrie.

Alger, le 01 novembre 2014
Association de lutte contre la corruption

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *